Et bien, dans l'avenir les cantines, selfs et autres restaurants de collectivités vont vous proposer de bons poulets américains chlorés avec en accompagnement du bon maïs OGM made in USA.

                                                           images_4___2_                                       

Les poulets américains désinfectés dans une solution à base de dioxyde de chlore sont interdits d'importation dans l'union européenne depuis 1997, mais cela doit être réexaminé à l'approche du prochain sommet UE-USA prévu en juin.

La méthode vise à tuer ou réduire le nombre de bactéries pouvant apparaître sur la volaille, essentiellement les salmonelles et les campylobacters.

Les vétérinaires de l'UE privilégient des contrôles d'hygiène tout au long de la chaîne alimentaire.

Bruxelles attendait l'avis de l'autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) avant d'entamer le débat entre commissaires sur une question sensible touchant aux assiettes des Européens.

L'Efsa avait déjà émis dans le passé des opinions sur cette méthode. L'autorité avait conclu que les quatre substances étudiées ne suscitaient "pas d'inquiétude sécuritaire", au regard de leur utilisation et des données disponibles. Les experts.... se sont dit "incapables de dire si elle tuait ou réduisait de manière efficace les bactéries sur les volailles".

Ça fait pas rire du tout. Surtout que la bataille contre le maïs OGM n'est pas encore gagné....(article pris sur Agoravox)

OGM : le retour (par la fenêtre)

Après................les promesses pieuses du Grenelle de l’environnement, voici que les OGM, rejetés par la très grande majorité des citoyens (français et européens), sortis par la porte du moratoire, reviennent en force par la fenêtre ouverte par les vieux barbons du Sénat, courroies de transmission des lobbies-empoisonneurs industriels agro-alimentaire...

Alors que l’on pensait que le moratoire décidé par le ministère de l’Environnement éloignait pour un temps le danger de la dissémination de ces semences... le Sénat, par le texte adopté le 8 février, et qui va être aujourd’hui discuté à l’Assemblée, a vidé de sa substance ce moratoire, et réintroduit... le "droit de cultiver avec ou sans OGM" ( !!!), rouvrant ainsi la voie à la dissémination des parcelles bio ou traditionnelle.

Pour une fois, des voix s’élèvent :.... député UMP de Moselle,.... dénonce : « l’activisme forcené de la FNSEA et du lobby pro-OGM » ayant entraîné le texte voté par le Sénat « manifestement amendé sous l’influence des groupes voulant une mise en culture rapide et massive des OGM en France, au mépris de principes affichés ». Et de rappeler les déclarations de Nicolas Sarkozy au soir du Grenelle de l’environnement : « La vérité est que nous avons des doutes sur l’intérêt actuel des OGM pesticides ; [...] sur le contrôle de la dissémination des OGM ; [...] sur les bénéfices sanitaires et environnementaux des OGM. »

Délit de fauchage

Les sénateurs ont aussi créé un « délit de fauchage » de champs d’OGM passible de deux ans de prison et 75 000 euros d’amende. Le texte n’oblige pas les producteurs de semences à participer à l’indemnisation en cas de contamination par des OGM des récoltes des parcelles voisines.