Je viens de terminer le livre de Claudie Gallay.    Les déferlantes

                                                                                                                                                                                                                                              

                                            41JFQbPEg0L

                                                                                                                                                                

Résumé :    La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

D'habitude, j'aime les livres qui ont du rythme, de l'énergie, des rebondissements. Là, rien de tout ça et pourtant.....il y a ces personnages attachants et aussi un secret, la mer, la solitude, le phare, la haine, le mensonge, les fantômes, le passé, l'absence....

Lilli, la mère, Théo et Florette partagent un secret. Lambert recherche un fantome. Mr Anselme nous parle de Prevert. Il y a Raphael le scuplteur et sa soeur Morgane. La cigogne veut écrire et Max construit son bateau. Et Michel, qui est Michel?